Quelques variétés

Amandine
Elle est née après 15 ans de recherches d'un croisement entre Mariana et Charlotte.  C'est dans l'ile de Ré qu'ont été cultivées les premières Amandine. Inscrite au catalogue des variétés en 1994.

Belle de Fontenay
Elle est apparue à Fontenay-sous-Bois et a été inscrite au catalogue des variétés en 1935. Elle porte aussi le nom de Hénaut et de Boulangère. On l'utilise pour les salades, pommes vapeur et pommes rissolées.

BF 15
Elle est née en 1947 d'un croisement de Belle de Fontenay et de Flava. On l'utilise en gratins, pommes vapeurs et pommes rissolées.

Bintje  
Elle est née aux Pays-Bas en 1905. C'est la plus vendue en France. Sa chair farineuse convient pour les potages, les frites et les purées.

Bleue d'Auvergne  
Variété tardive du Massif Central attestée depuis très longtemps.

Bonnotte  
 Elle est plantée le 2 février sur un lit de goémons dans l'ile de Noirmoutier pour être récoltée 90 jours plus tard. Sa rareté dans les années 95 et 96 en avait fait un produit de luxe qui avait atteint le prix incroyable de 3000 F lors d'une vente aux enchères.

Charlotte  
Elle est née en Bretagne en 1981 d'un croisement de Danaé et de Hansa. On l'utilise pour les salades, pommes vapeur et pommes rissolées.

Estima  
Elle est née en 1981 d'un croisement d'hybrides non commercialisés. On l'utilise pour les potages, pommes au four, frites, ragoûts et purées.

Francine  
Elle a été inscrite au catalogue des variétés en 1993. On l'utilise pour les salades, pommes vapeur et gratins.

Institut de Beauvais  
Elle a été obtenue à l'Institut d'Agriculture de Beauvais en 1884. Elle a un tubercule en forme de coeur, pomme de terre jaune saumonnée teinté de rose autour des yeux et à chair presque blanche. Manon : 
Elle est née en 1987 d'un croisement entre Ukama et un hybride. On l'utilise pour les potages, pommes au four, frites, ragoûts et purées.

Pompadour  
Elle est née en 1992 d'un croisement entre Roseval et BF 15 à la station de Breteville. On l'utilise pour les salades, pommes vapeur et pommes rissolées. Ratte : 
Elle est née en 1870 et inscrite au catalogue en 1935. Initialement appelée Quenelle de Lyon, Corne de Bouc ou Corne de mouton, elle avait presque entièrement disparu avant d'être remise à la mode par des grands cuisiniers.

Roseval  
Elle est née en 1950 d'un croisement entre Rosa et Vale. On l'utilise pour les salades, pommes vapeur, gratins et soufflés.

Samba  
Elle est née en 1989 d'un croisement entre Roseval et Baraka. On l'utilise pour les potages, pommes au four, en robe des champs et en purées.

Vittelotte noire  
Elle est attestée avant 1815. Variété tardive estimée pour sa chair ferme d'un violet presque noir, en ragoût, gratin et salade panachée.

La recette la plus connue

Purée de pommes de terre maison

Ingrédients (pour 4 personnes) :

- 1 kg de pommes de terre (chair tendre, variété pour purée)
- 20 cl de lait
- crème fraîche
- muscade


Préparation :

Epluchez et coupez les pommes de terre en morceaux.
Mettez-les à cuire dans un grand volume d'eau salée jusqu'à ce que la pointe d'un couteau rentre facilement dans la chair.

Passez-les alors au moulin à légumes.
Ajoutez le lait pour délayez jusqu'à la consistance souhaitée, la crème fraîche pour l'onctuosité et un peu de muscade râpée.

Rectifiez l'assaisonnement et servez bien chaud.

Ma variante : je fais cuire les pommes de terre dans un mélange moitié eau, moitié lait auquel j'ajoute 1 belle gousse d'ail.

Lorsque Henry Ford a commencé à construire des automobiles au début du siècle, il craignait une pénurie d'essence bon marché. Donc, au lieu de forer des puits de pétrole, Ford a importé des pommes de terre d'Europe et s'est mis à cultiver d'immenses champs de pommes de terre.
 Il savait que les pommes de terre broyées et exposées à l'air fermentent et produisent de l'alcool éthylique. Ford avait envisagé que ses voitures seraient propulsées à l'essence de pommes de terre ! Mais comme il n'y a pas eu de pénurie d'énergie à cette époque et que les sources de pétrole étaient abondantes, Henry a abandonné la culture de pommes de terre.

 Les scientifiques ont découvert que moins de la moitié d'un acre de pommes de terre peut produire suffisamment de carburant pour remplir les réservoirs de vingt-cinq familiales.


 

La pomme de terre en France

Les premières plantations de pommes de terre les truffoles" sont localisées en Ardèche au milieu du 16e siècle. Officiellement c'est Olivier de Serres qui, en 1600, les cultive pour la première fois en Vivarais.

Probablement arrivée par la Suisse, la pomme de terre est cultivée au 17e siècle en Franche Comté, en Dauphiné, en Bourgogne pour le nourrissage animal principalement. La population française est rétissante vis à vis de cette plante souterraine de la famille des solanacées comme la belladone, la mandragore et d'autre plantes toxiques...

En outre, il s'agit d'une plante qui pousse par plantation et non par germination, elle n'est pas mentionnée dans la bible et sa culture est si facile, qu'elle ne peut être que le "fruit du diable"...

Ce n'est qu'en 1737 que nait à Montdidier, Antoine Augustin Parmentier, c'est à dire près de 100 ans après l'introduction de la pomme de terre en France. Captif en Allemagne, le jeune pharmacien militaire apprécie, par sa propre expérience, la valeur nutritive de ce légume. Libéré en 1763, il entreprend une campagne d'information pour vulgariser sa culture en France. Il publie un "Ouvrage économique sur la pomme de terre, le froment et le riz" puis, en 1773 un "Examen chimique des pommes de terre". En 1781, il reprend et développe une thèse sous le titre "Recherches sur les végétaux nourissants qui, dans les temps de disette, peuvent remplacer les aliments ordinaires, avec de nouvelles observations sur la culture des pommes de terre". En apportant des tiges fleuries qu'il offrira à Louis XVI. C'est ainsi qu'il fit découvrir et apprécier au roi ce fameux tubercule. En cultivant 54 arpents (environ 2 hectares) dans la plaine des Sablons (aujourd'hui Neuilly) qu'il fait garder par la troupe. La rumeur court que si l'armée est là pour en interdire l'accès c'est que ce qui y pousse doit avoir de la valeur. Parmentier supprime alors la garde du terrain la nuit...Les voleurs constatent alors que les pommes de terre n'entraînent aucune maladie et en assurent la publicité. Ce sont les instituteurs et les prêtres qui donnèrent l'exemple en la cultivant dans leurs jardins. Avec la famine de 1789, la culture de la pomme de terre se généralisa pour devenir un produit de base de notre alimentation.

Retour

© Martine Eloy 2004